TAERA : Transition Agro-Ecologique par la Recherche Agricole

Project identifier 218-TAERA
Project Status ongoing
Start date 2019-12-14
End date 2023-12-13
Roadmap Theme
  • Sustainable intensification: Soil, water, land and input management
  • Cross-cutting issues: Integration of research and innovation activities
  • Type of Project Development and innovation oriented (research) project
    Type of Project Institutional capacity building project
    Programme DeSIRA
    Keyword crop breeding; advisory services strengthening; irrigated systems; agro-ecological transition
    Location Benin
    Budget 1 500 000
    Main Funder Directorate-General for International Cooperation and Development (DG DEVCO)
    Coordinator Enabel (Belgian Development Agency)
    Partners
  • Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB)
  • University of Abomey-Calavi
  • University of Parakou
  • Université Nationale des Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques (UNSTIM)
  • Université Nationale d'Agriculture (UNA)
  • Université Catholique de Louvain (UCLouvain)
  • Ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche (MAEP)
  • Agences Territoriales de Développement Agricole (ATDA)
  • Directions Départementales de l’Agriculture et de l’Elevage (DDAEP)
  • Institut National de l'Eau - Université d'Abomey-Calavi (INE-UAC)
  • Project Web Site https://open.enabel.be/fr/BEN/2363/p/development-smart-innovation-through-research-in-agriculture-benin.html
    Documents
  • Project description
  • Project flyer
  • Description

    Objectifs du projet

    L’objectif est de renforcer l’agriculture familiale dans ses capacités contributives à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et ses réponses au développement durable, notamment par l’identification et l’expérimentation des conditions d’une transition agro-écologique pour les riziculteurs et les maraîchers au Sud-Bénin.

    Contexte

    L’agriculture est le moteur de l’économie du Bénin et occupe la majorité de la population du pays. Elle repose sur l’agriculture familiale, qui peine à satisfaire une population urbaine croissante et en demande de produits de qualité constante. Le manque de compétitivité des exploitations agricoles familiales ne leur permet pas de répondre à l’évolution des besoins et des marchés, de plus en plus ouverts et dynamiques. Le changement climatique induit une plus grande variabilité des pluies et le développement de phytopathologies, qui rendent aléatoires la réussite des cultures. La pression sur les ressources naturelles a atteint ses limites. Le changement climatique renforce les problèmes liés à la perte de la fertilité des sols. La zone d’intervention du projet est parmi les zones à plus forte densité démographique et avec une très forte pression sur le foncier. 31% des ménages sont en insécurité alimentaire. La zone d’intervention est située dans les zones agro-écologiques dont le gouvernement souhaite promouvoir le riz et le maraichage, à savoir celles du Plateau fluvio-lagunaire du sud-Bénin et des vallées du Mono et de l'Ouémé. L'aquaculture, la riziculture et le maraîchage y sont les activités dominantes. Pour faire face aux enjeux environnementaux et satisfaire les besoins des populations en termes de sécurité alimentaire et nutritionnelle, il est nécessaire de renforcer la capacité des producteurs et acteurs du développement et de développer des technologies mieux adaptées aux contextes locaux, pour des systèmes agricoles durables, résilients au changement climatique et socialement viables.

    Principales Activités

    Les principales activités qui seront mises en œuvre par l’intervention TAERA comprennent notamment :

    Pour le diagnostic, le suivi des activités et la diffusion des résultats:

    • La réalisation d’état des lieux au niveau de la zone d’intervention du projet (ou pôle), qui viendra compléter les études réalisées par l’INRAB pour identifier les acteurs autour des sites Recherche-Développement (RD).
    • L’accompagnement des acteurs dans l’identification, la formulation et la mise en œuvre de projets locaux de recherche action,
    • L’organisation de rencontres entre les acteurs au niveau des pôles autour des résultats de la recherche
    • La diffusion de résultats à travers la publication de documents (note, guide)

    Pour la recherche-action dans les sites:

    • La mise en place de plateformes d’innovation et de canaux de communication via les réseaux sociaux associant les producteurs, les conseillers et les acteurs de recherche
    • L’identification des sites « champs école » pour expérimenter de nouvelles pratiques agroécologiques avec les producteurs, à partir des résultats issus du centre de recherche, et observer les changements dans l’exploitation des producteurs en s’appuyant sur des producteurs « formateurs endogène » pour (in)former les producteurs ;
    • Une analyse critique des référentiels existants en matière de gestion de l’eau dans la zone d’action
    • Une capitalisation des nouvelles pratiques agroécologiques et des modes innovants de gestion de l’eau

    Pour le renforcement des capacités de recherche:

    • L’élaboration et la mise en œuvre de parcours d’acquisition de compétences (PAC) pour les responsables de centres de recherche et les équipes des sites RD et pour les chercheurs de l’INRAB
    • Le renforcement des capacités et compétences des organisations paysannes
    • Le recrutement et l’accompagnement des doctorants et masters qui mettront en œuvre les actions de recherche participative avec les groupements d’usagers de l’eau et les producteurs
    • La dotation des sites de RD et champs écoles en petits équipements pour assumer de manière satisfaisante leurs rôles et mandats
    • L’organisation de missions d’appui scientifique